Fred Kustner

Frédéric Kustner ©Emmanuel Delaloy

Fofolle Fada, son univers fluo Pop exubérant et coloré, analytique et impertinent : Canal+ l‘anime, Agnès b. l’édite.

Une création originale de Fred. Kustner, diplômé de l’ENSAD, graphiste, peintre, auteur-réalisateur, grand prix du Mifa – Annecy.

Fofolle Fada, de l’acrylique au numérique

Les étapes de la création du personnage Fofolle Fada, son évolution artistique et celle de son univers.

Fofolle Fada est une petite extraterrestre ayant l’apparence d’une autruche de cartoon, toute jaune, intrépide, malicieuse et romantique elle découvre notre monde et ses cultures.

Fred. Kustner utilise cet avatar pour décliner au sein d’un univers Pop psychédélique, une myriade de thèmes, de supports, de techniques, de pratiques. Cet univers lui est entièrement et fidèlement dédié, comme pour une marque.

Fofolle Fada a été crée en 1986 dans le but de répondre au sujet d’un cours d’illustration proposé à l’ENSAD Paris. C’est alors un projet de livre illustré pour enfants accompagnées d’un texte sous la forme d’un conte dialogué.

MagicChampignon

Presque dix ans plus tard, après avoir exercé en free-lance dans la pub, le graphisme et l’évènementiel socio-culturel, l’illustration… L’univers coloré de Fofolle Fada, tout d’abord envisagé comme une guillemet ludique, éclipse le travail alimentaire et devient le personnage central d’une production de peintures “POP &TOON” à l’acrylique et d’aquarelles “carnet de voyage”.

Agnès b. passe commande pour une série de tee-shirts, pour des décors de Noël dans ses boutiques enfants. Les programmes court de Canal+ décorent leur péniche pour leur fête annuelle. La galerie Seine 51 commande et expose un néon grand format : Pinky Ponk. Pierre Cardin choisi une ambiance africaine pour l’offrir à l’un de ses proches…

L’activité graphique de cette production artistique se rapproche d’une mise en scène. Ces instantanés d’images fixes comme figés dans un mouvement grouillent d’évènements et de situations qui se superposent en autant d’actions narratives et juxtaposent des décors et des personnages par couches spatio-temporelles.

La volonté de décliner en dessin d’animation son univers, prend forme à partir de cette constatation.

Le clip “Dance Room” est conçu à l’origine comme une couche de “couleur” pour animer des soirées “Vijés” sur des mixes dans des soirées électro. Camille Virolleaud, vidéaste et Fred. Kustner décident de le transformer en un petit court-métrage de 4 minutes, sur une musique de Loïc Dury : kraked.com, le tout truqué sur Edit Box chez Duran/Duboi.

Viens ensuite l’écriture d’un synopsis dialogué : Alain Burosse et les programmes courts de Canal+ s’engagent à participer au projet d’un court-métrage en pré-achat : “Fofolle Fada – Nightclubbing”, Une sorte d’hommage ironique aux années 80 du Palace. Le paraître désuet l’emporte sur les sentiments mais prône le divertissement, le carnaval, la transe originelle salvatrice. Puis c’est la fabrication et la diffusion de ce court-métrage de 6 minutes, produit par Millimages, soutenu par le CNC, dans le magazine Midnight + de Canal.Utilisé comme pilote pour le développement théorique d’un projet de série TV, il devient : Destination Bingoland, qui a obtenu :

Le grand prix du Mifa – production série TV / Annecy 2003

Fofolle Fada devient progressivement l’élément fondateur d’une pratique parfois artistique : peintures, aquarelles, objets Arty, installations numériques ou volumes ; parfois commercial ou pédagogique : elle est déclinée sous la forme de produits dérivés en Design, édition, mode, dessin animé, atelier de pratique artistique, enseignement.

Autour du personnage récurrent de Fofolle Fada et de son univers pictural fun, poétique et attachant, Fred. Kustner tente de montrer une image différente de celle véhiculée via les écrans par les médias : un univers fantasmagorique, à la fois optimiste, coloré et radicalement proche de nous. Une vision utopique de vie moins égoïste, plus ouverte, curieuse et tolérante.

Tek d’ADN – Quand la toile devient mur digital

Depuis la naissance de son fils en 2008 de nouveaux thèmes surgissent, inspirés par les sciences expérimentales. Cette nouvelle orientation se matérialise par un style plus tranchant, épuré et conceptuel, mais toujours aussi narratif et coloré. Fofolle Fada semble être l’objet d’expériences scientifiques : drogues virtuelles, rêves paradoxales contrôlés – Un jeu graphique d’espace temps, d’univers parallèles, de visions chamaniques abstraites, de nano particules d’énergie pure, de variations de clones quantiques. A travers la collection Tek d’ADN, il développe une nouvelle façon de fabriquer ses images, presque exclusivement sur ordinateur.

Chaque projet offre une multitude d’opportunités et de choix interchangeables qui lui permettent une grande liberté : des esquisses digitales sont élaborées en couches successives de dessins, d’images, de motifs, de pictogrammes.

Cette collection d’œuvres numériques se décline en tableaux à l’acrylique et au sein d’un projet d’installation numérique initialement conçu afin de répondre à l’appel à résidence de la Villa Kujoyama : des projection de samples animées fabriquées à partir des sources d’images digitales se superposent comme autant de calques.

Elles sont orchestrées par des variables cycliques et aléatoires, ou sont guidées à l’aide d’un écran tactile, ou via des capteurs de mouvements interactifs.
Chaque membre du public devient VJ, il crée son propre montage diffusé en temps réel.
Chaque séquence (boucles animées, saynètes), est synchronisée à un univers sonore.

Fred. Kustner souhaite à l’avenir créer un label Fofolle Fada afin d’éditer et diffuser des projets et des œuvres pluridisciplinaires, plasticiennes, audiovisuelles, scénographiques, grâce au soutient d’une équipe aux ressources et compétences complémentaires dynamiques.

Site web : Fofollefada